La social-démocratie tchèque rejette la réforme de la santé publique

16-05-2011

Le Parti social-démocrate tchèque, formation principale de l’opposition, rejette fermement le projet d’augmentation des frais d’hospitalisation de 60 à 100 couronnes par jours. Une déclaration du candidat de la social-démocratie au poste de ministre de la Santé David Rath. Selon ce dernier, les sociaux-démocrates refusent également la division des soins médicaux en deux catégories : la première serait moins chère et dans la seconde catégorie les malades seraient obligés de participer aux frais des soins. Selon David Rath, la social-démocratie tâchera de retarder l’adoption des réformes présentées par le ministre Leoš Heger par des obstructions au Parlement.