Jiří Bělohlávek appelé à la direction de l’Orchestre philharmonique tchèque

04-01-2011

Jiří Bělohlávek sera le nouveau directeur musical de l’Orchestre Philharmonique tchèque. Il a signé un contrat confirmant son engagement le 22 décembre au ministère de la Culture. Le nouveau chef entrera en fonction en septembre 2012.

Actuellement Jiří Bělohlávek assure la fonction de directeur musical de l’Orchestre symphonique de la BBC à Londres. Cet artiste de 64 ans est considéré comme le meilleur chef d’orchestre tchèque actuel :

« Faire revenir dans la vie intérieure de l’orchestre un travail honnête et de grandes aspirations artistiques… » : c’est ainsi que l’artiste résume ses ambitions à la tête du premier orchestre symphonique tchèque. Il connaît bien cette formation dont il a déjà été directeur musical entre 1990 et 1992. A l’époque il n’avait cependant pas trouvé de langage commun avec les musiciens de l’orchestre qui lui avaient finalement préféré, lors d’un vote secret, le chef allemand Gerd Albrecht. Jiří Bělohlávek est donc parti, a fondé l’orchestre Prague Philharmonia et s’est lancé dans une carrière internationale qui l’a hissé au sommet de l’art d’interprétation. Il s’est produit depuis avec les orchestres les plus renommés et dans les théâtres lyriques les plus célèbres. C’est ainsi qu’il a parlé de sa collaboration avec l’ensemble et l’orchestre de l’Opéra de Paris où il a présenté en 2008 La Fiancée vendue de Bedřich Smetana :

« Pour un orchestre français ce n’est pas facile parce que, ce qui manque presque entièrement ici, ce sont des traditions d’interprétation de cette musique. Ce n’est donc pas facile mais je crois que nous avons fait une percée fondamentale dans cette direction lorsque les musiciens ont entendu cette musique avec les chanteurs et le chœur. C’est à ce moment-là qu’ils ont compris combien de beautés musicales se cachent dans cette partition. Je crois que nous sommes sur la bonne voie pour aboutir à une interprétation qui sera à la hauteur de la musique de Smetana. Ce qui est excellent, c’est le chœur qui a parfaitement maîtrisé la partition et qui est très vivant. Je crois que c’est une des grandes qualités de cette production. »

Malgré sa rupture avec la Philharmonie tchèque en 1992 qui ne manquait sans doute pas d’amertume, Jiří Bělohlávek n’a jamais cessé de collaborer avec cet orchestre. C’est avec lui qu’il a enregistré entre autres les Troisième et Quatrième symphonies de Bohuslav Martinů, disque qui a été nominé en 2004 pour un Grammy Award aux Etats-Unis.

Aujourd’hui il revient donc et personne n’ose douter de son art et de ses compétences. Il a signé un contrat de quatre ans qui lui donnera le pouvoir de modeler l’orchestre à son image. Son départ en 1992 est aujourd’hui perçu en général comme le début d’une crise artistique traînante de la Philharmonie tchèque qui a duré vingt ans. Son retour est considéré, par contre, comme une grande occasion de redorer le blason de l’orchestre.

04-01-2011