Charbon - mine de Turow : Bruxelles comme médiateur entre Polonais et Tchèques

15-07-2020

Les institutions européennes sont appelées à s'impliquer dans le litige qui oppose Prague à Varsovie à cause de l'exploitation de la grande mine de charbon de Turow.

La commission des pétitions du Parlement européen a discuté mardi d'une pétition de d'habitants de la région tchèque de Liberec, qui jouxte la Pologne, et a appelé la Commission européenne à durcir son approche vis-à-vis de la Pologne concernant son projet d'étendre l'exploitation minière dans la mine de charbon de Turow près de la frontière.

Les habitants de la région de Liberec se plaignent que l'exploitation de la mine de charbon brun les a privés d'eau potable.

Lors du débat, la plupart des députés européens ont convenu que la CE devrait engager des poursuites contre la Pologne, ce qu'ont contesté les députés du parti gouvernemental polonais PiS.

Malgré les appels des autorités tchèques et des habitants de Liberec, la Pologne a décidé en mai de prolonger de six ans l'exploitation minière.

Selon l'agence CTK, Petra Urbanová, une avocate du cabinet Frank Bold représentant la région de Liberec, qui a présenté la pétition lors de la réunion de la commission, a déclaré que le projet polonais violait les directives de l'UE sur les impacts des projets sur l'environnement et l'eau potable.

La pétition, signée par 13 000 personnes, demande à la CE de réagir immédiatement, et un certain nombre d' eurodéputés se sont joints à l'appel aujourd'hui.

La mine de charbon de Turow, photo: Dominik JůnLa mine de charbon de Turow, photo: Dominik Jůn Il s'agit d'une violation évidente des droits des habitants. Il est très important que la CE agisse rapidement, a déclaré Cristina Maestre-Martin, vice-présidente espagnole de la commission citée par la CTK

D'autres députés ont déclaré qu'outre la violation des droits des habitants, l'extension de la mine et la prolongation de l'extraction du charbon vont à l'encontre de la politique de l'UE de passer à des sources d'énergie propres et renouvelables.

Le groupe PGE, propriétaire de la mine et de la centrale électrique à proximité, souhaite poursuivre l'exploitation minière jusqu'en 2044 et étendre la superficie de la mine à 30 kilomètres carrés.

De nombreux députés ont également convenu que la Pologne n'avait pas fourni suffisamment d'informations aux autorités tchèques, bien qu'un échange approfondi d'informations soit nécessaire pour les projets dans les zones frontalières.

Le représentant de la Commission européenne (CE), Aurel Dordea Ciobanu, a déclaré que la CE, agissant à la demande de la République tchèque, tente de servir de médiateur pour un dialogue entre les deux pays. Il a déclaré que la Tchéquie devrait soumettre ses demandes adressées à la Pologne. Bruxelles dispose de six mois pour sa procédure de médiation.

Si cela ne fonctionnait pas, la CE n'hésiterait pas à utiliser tous les instruments disponibles, a déclaré Ciobanu, ajoutant que la CE pourrait finalement engager une procédure pour violation par la Pologne du droit de l'UE.

Selon la plupart des députés, la CE devrait néanmoins intervenir plus rapidement.

Parmi les plus de dix membres de la commission et d'autres députés européens présents, seuls deux députés polonais du parti gouvernemental (PiS) ont exprimé une opinion contraire. L'une d'entre elles, Anna Zalewska, a déclaré que la Pologne avait une étude montrant que les puits des villages proches de la mine perdaient de l'eau à cause de la sécheresse prolongée, et non à cause de la mine. Outre la pétition tchèque, le PE devrait également prendre en considération une pétition polonaise demandant la poursuite de l'exploitation minière, a déclaré Zalewska.

15-07-2020