L'HISTOIRE DU PRINTEMPS DE PRAGUE


L'histoire des Festivals de musique, le Printemps de Prague

L'histoire des Festivals de musique, le Printemps de Prague, qui a lieu en cette période de l'année sans interruption depuis 1946 dans la capitale tchèque, est le thème de cette page d'histoire.
Le Festival international de musique, le Printemps de Prague, débute à Prague le 12 mai, jour anniversaire de la mort du fondateur de la musique nationale tchèque, Bedrich Smetana, par son cycle de poemes symphoniques, Ma patrie. Lorsqu'en mai 1946, la Philharmonie tchèque, dirigée par Rafael Kubelík, a décidé d'organiser, dans l'année du 50ème anniversaire de la fondation de la Philharmonie et un an après la fin de la guerre, un cycle de concerts en présence d'artistes de l'Ouest et de l'Est, personne ne s'imaginait quelle tradition était en train de naître. En peu de temps, en effet, le Festival a acquis une réputation internationale considérable.

déjà, sa première édition a été grandiose : à part Rafael Kubelík, le Festival à accueilli des artistes tels que Rudolf Firkusný, Leonard Bernstein, Charles Munch, Evgueni Mravinski, David Oistrakh, pour ne citer que ceux-ci. Durant plus d'un demi-siècle d'existence du Festival, des milliers d'artistes se sont succédés sur ses podiums, dont de nombreux sont devenus une légende : Herbert von Karajan, Artur Rubinstein, Sviatoslav Richter...

En mai 1948, le Printemps de Prague a été inauguré par l'Oratorio d'Antonín Dvorák, Sainte Ludmilla, au Château de Prague. En même temps, c'était, pour de longues quatre décennies, l'une des dernières présentations de Rafael Kubelík à Prague. Pour des raisons idéologiques, certains artistes ne pouvaient pas se produire au Festival. D'autres, tels que Leonard Bernstein, n'y participaient pas en signe de protestation contre le régime et la discrimination de personnes incommodes. Parmi eux, Rudolf Firkusný, qui n'est réapparu au Festival qu'après la Révolution de velours et qui s'est trouvé, jusqu'a sa mort, en 1994, à la présidence du Festival.

Le Festival de musique, le Printemps de Prague, a une conception plus ou moins stable, mais qui, au fil des années, a quand même évolué. Depuis 1948, le Festival est placé sous le patronage du ministère de la Culture. Son organisation est assurée par la présidence du Festival, auparavant le comité de Festival, dont les membres sont nommés par le ministre.

L'idée d'organiser un festival de musique dans les pays tchèques murissait relativement longtemps. Déjà au siècle dernier, elle a été avancée par l'écrivain Jan Neruda et un peu plus tard par le chef d'orchestre du Théâtre allemand, Angelo Neumann. La manifestation organisée, en 1940, par le chef d'orchestre tchèque, Vaclav Talich, sous le nom de Mai musical pragois peut être considérée comme un événement précurseur du Printemps de Prague.

Depuis 1947, un concours international fait partie du Festival. C'est une chance pour les jeunes interprêtes débutants de se faire remarquer dans les différentes disciplines de l'interprétation, et nouvellement aussi dans celles du chant et de la composition. En 1958, le Festival est devenu membre de l'Association des Festivals de musique européens ayant son siège à Genève.

Le Printemps de Prague débute, nous l'avons dit, régulièrement le 12 mai, jour du déces du fondateur de la musique nationale tchèque, Bedrich Smetana. C'est justement son oeuvre symphonique, Ma patrie, qui l'inaugure. Jusqu'en 1993, l'interprétation de cette oeuvre a été un privilege de la Philharmonie tchèque. Cette année-la, elle a été pour la première fois confiée à une formation invitée, l'Orchestre philharmonique royal de Liverpool, mais avec un chef d'orchestre tchèque, Libor Pe¹ek. Depuis, même la direction est confiée à des artistes étrangers, dont Roger Norrington, dirigeant l'Orchestre London Classical Players...

A l'opposé du jour de l'inauguration qui est fixe, le Festival prend fin entre les 2 et 4 juin. L'oeuvre par laquelle il se termine reste cependant fidele à la tradition. Oui, c'est la 9ème Symphonie de Beethoven, avec l'Ode de la joie, dont les tons majestueux referment le Festival.

La salle Smetana, à la Maison municipale Le Printemps de Prague a aussi ses locaux traditionnels. D'abord, c'est la salle Smetana, à la Maison municipale, où le Festival débute. Parmi d'autres, il y a la salle Dvorák au Rudolfinum, siege de la Philharmonie tchèque, la cathédrale Saint-Guy, au Château de Prague, la résidence pragoise de Mozart - Bertramka, le jardin Wallenstein, la salle Espagnole du Château, et l'église Saint-Simone-et-Saint-Jude.

Que dire encore du Festival qui porte le nom de valeur symbolique multiple pour les Tchèques - le Printemps de Prague et qui est l'un des plus vieux festivals de musique en Europe? Après avoir accompli, en 1996, un demi-siècle de son existence, il est entré dans une étape nouvelle, marquée surtout par l'exécution d'oeuvres tchèques traditionnelles par les corps et chefs d'orchestre étrangers. Ainsi, Ma patrie, jouée, en 1996, par l'Orchestre d'instruments historiques London Classical Players dirigé par Roger Norrington, est devenu un événement des plus controversés, mais aussi des plus intéressants et des plus prestigieux dans l'histoire du Festival. Cette tradition nouvelle continue avec chaque nouvelle édition du Festival. Cette année, l'exécution de Ma patrie a été confiée à Charles Mackerras, pour l'instant le seul artiste étranger qui ait deux fois inauguré le Festival... Bien que quelques jours nous séparent encore de la fin du Festival, un petit extrait de la 9ème Symphonie de Beethoven quand même, pour terminer cette page d'histoire...

© Copyright 2001 Radio Prague All Rights Reserved

S'il vous plaît, envoyez nous vos opinions.