Après plus d’un siècle, le carillon de Notre-Dame de Lorette à Prague a une nouvelle mélodie

21-05-2020

Après plus de cent ans, le carillon de Notre-Dame de Lorette, église de pèlerinage située non loin du Château de Prague, change de mélodie : une petite révolution sonore pour ceux qui travaillent ou vivent dans les environs de ce quartier d’ordinaire grouillant de touristes. En réalité, c’est un retour aux origines : autrefois la mélodie du carillon changeait plusieurs fois dans l’année.

Notre-Dame de Lorette, photo: Miloš TurekNotre-Dame de Lorette, photo: Miloš Turek

L’église baroque est un site de pèlerinage bâtie sur le modèle de celle de Loreto, en Italie : elle abrite en son sein une copie de la « Santa Casa », où, selon la tradition chrétienne, aurait été conçu Jésus et qui aurait été rapportée de Terre Sainte au XIIIe siècle dans cette ville italienne.

A Prague, outre cette « Sainte Maison », l’église Notre-Dame de Lorette est aussi connue pour son carillon : il retentit à heures fixes tous les jours, de 9h à 18h.

Radek Rejšek, photo: Jonáš Zbořil. ČRoRadek Rejšek, photo: Jonáš Zbořil. ČRo « Je joue sur l’instrument en utilisant mes bras, pas uniquement les doigts. Ce serait impossible sinon. Quand le cylindre tourne, la cheville soulève un levier qui fait sonner les cloches au-dessus de nous. »

Radek Rejšek est le maître-carillonneur de l’église depuis la révolution de Velours. Voilà trente ans qu’il gravit les marches de l’édifice pour atteindre la pièce où se trouve cet instrument de musique si spécifique composé de 27 cloches en tout, réalisées en leur temps par un sonneur et fondeur d’Amsterdam, un certain Claude Fremy.

C’est le 28 septembre 1695 que les Pragois ont pu entendre pour la première fois le son du carillon qui est d’ailleurs le plus ancien du genre en pays tchèques. On en trouve de similaires dans d’autres villes d’Europe, à Amsterdam justement, mais aussi Berlin, Delft ou Bruges.

Le carillon est relié à un mécanisme horloger qui doit être remonté tous les matins. Mais il peut aussi être contrôlé via le clavier sur lequel diverses compositions peuvent être jouées lors de certaines fêtes religieuses.

Les cloches de Lorette, photo: Václav Müller, ČRoLes cloches de Lorette, photo: Václav Müller, ČRo Depuis plus d’un siècle pourtant, le carillon de Notre-Dame de Lorette joue la même mélodie, un chant marial, comme le relève Marie Baštová, conservatrice des collections d’art de l’église :

« Il s’agit d’une mélodie intitulée ‘Nous te saluons mille fois’, un ancien chant marial. Nous pensons qu’elle n’a pas été changée depuis au moins cent ans. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Nous avons retrouvé dans nos archives un document de 1774 où un gardien franciscain se plaint du fait que la même mélodie soit jouée depuis déjà trois mois et qu’il considère cela comme une honte ! »

Les tasseaux avec chevilles, photo: Site officiel de Loreta PrahaLes tasseaux avec chevilles, photo: Site officiel de Loreta Praha L’instrument étant bel et bien fait pour jouer différentes mélodies et celles-ci étant d’ailleurs changées jusqu’à douze fois par an au XVIIIe siècle, comment se fait-il que le chant marial actuel soit resté le même aussi longtemps ?

« Je pense que les personnes qui savaient comment changer les mélodies et, surtout qui avaient le courage de se lancer dans cette opération complexe, ont toutes disparu. La tradition s’est donc peu à peu perdue. Aujourd’hui, nous essayons de la faire revivre. »

Pour modifier la mélodie, le carillonneur Radek Rejšek a d’abord dû démonter l’instrument afin de remettre en place les chevilles dans leurs nouvelles positions. La mélodie choisie pour Notre-Dame de Lorette est un hymne baroque intitulé ‘Maria Maria' et a été jouée pour la toute première fois ce mercredi à 18h.

21-05-2020